glossaire dico egitel

GLOSSAIRE

C'est un identifiant unique désignant une machine sur un réseau. Toute machine connectée sur Internet doit obtenir une adresse IP pour pouvoir communiquer avec les autres machines.
cf DSL. Le débit ADSL est asymétrique, c'est-à-dire plus élevé dans le sens entrant chez l'abonné que dans le sens sortant.
Topologie MPLS permettant à tous les sites d’une entreprise de communiquer entre eux sans restriction.
« Asynchronous Transfer Mode ». Mode de transfert asynchrone. Mode de transmission par commutation rapide de petits paquets de longueur fixe, appelés cellules, et en affectant dynamiquement la bande passante à ces paquets. La norme ITU-T définit une cellule de 53 octets.
« Boucle Locale Radio », technologie de télécommunications hertzienne en Haut débit.
Désigne l'épine dorsale d'un réseau de télécommunications (le coeur de réseau). C'est un ensemble de lignes à très haut débit (de 155 Mbit/s à 10 Gbit/s), utilisées par les opérateurs de télécommunications pour transmettre leurs volumes de trafic (voix, données, Internet).
Armoire pouvant accueillir des équipements informatiques ou télécoms en rack (un bâti très souvent métallique à tiroirs ou glissières recevant les coffrets des appareils électroniques ou informatiques) dans des emplacements de taille normalisée d'une largeur de 19 pouces (48.26 cm).
C'est la quantité d'information que peut véhiculer un canal de communication. Se mesure généralement en bits par seconde (bps).
Elément binaire (binary digit). Le bit est la plus petite unité d'information utilisée par l'ordinateur. Il vaut soit 0, soit 1. Huit bits forment un octet. On le retrouve dans de nombreux noms d'unités, par exemple l'unité de débit "bit par seconde" (symbole bit/s) et ses multiples : kbit/s, Mbit/s, Gbit/s.
C'est un réseau disposé sous forme de boucle locale, constitué de fibre optique ou de paires de fils de cuivre installés dans des zones métropolitaines par un opérateur et qui permet à ce dernier de raccorder les sites de ses clients.
Service de téléphonie d'entreprise centralisé qui intègre le PABX de l'entreprise. Ce service est proposé par les opérateurs, sur la base de plateforme de services mutualisés. En général, la solution proposée c'est la ToIP.
Equipement permettant d’aiguiller les appels vers leur destinataire grâce à l’établissement d’une liaison temporaire entre deux circuits d’un réseau de télécommunications ou à l’acheminement d’informations organisées en paquets.
Il s’agit de la possibilité, offerte par les progrès de la technologie, d’utiliser des supports différents (réseaux câblés, hertziens terrestres ou satellitaires, terminaux informatiques ou télévision ) pour transporter et traiter toutes sortes d’informations et de services, qu’il s’agisse du son, de l’image ou des données informatiques. Ex : la convergence fixe / mobile, qui consiste en un rapprochement des technologies utilisées et des services proposés par le téléphone fixe et le téléphone mobile.
« Courant Porteur en Ligne » Technologie qui vise à utiliser des lignes électriques pour transporter des informations (dont l'accès Internet).
voir RNIS.
« Class-based Weighted Fair Queuing ». Technique de qualité de service permettant de partager la bande passante entre plusieurs classes de service en privilégiant certaines de ces classes.
« Customer Premise Equipment ». Equipement d’extrémité place sur un site client. Le plus souvent, il s’agit d’un routeur.
« Customer Relationship Management ». Définit la gestion de la relation client. On parle souvent d'"outils CRM" ou de "démarche CRM".
Salle informatique répondant à des normes strictes d'équipement (baie, électricité, climatisation, équipement réseau) permettant d'héberger des serveurs de données ou des équipements télécoms.
Le débit mesure la capacité d'une liaison à transmettre des données sous forme numérique. Il est chiffré en bits, kilo-bits ou Méga-bits par seconde (bit/s, Kbit/s ou Mbit/s).
Le dégroupage de la boucle locale ou l’accès dégroupé au réseau local consiste à permettre aux nouveaux opérateurs d’utiliser la boucle locale constitué de paires de fils de cuivre (DSL) de l’opérateur historique, pour desservir directement leurs clients. Le client peut ainsi s'affranchir de l'opérateur historique.
permet à un opérateur alternatif de proposer un accès Internet haut débit, tandis que l'opérateur historique continue de fournir le service de téléphonie fixe.
permet à un opérateur alternatif de raccorder l'intégralité de la ligne téléphonique à ses propres équipements et donc de fournir à la fois la téléphonie et l'accès Internet haut débit sans passer par l'opérateur historique.
« Differenciated Services ». Modèle de qualité de service, basée sur la distinction des agrégats de trafic dans le réseau et l’application d’un traitement identique à tous les paquets d’un agrégat.
« Domaine Name Server ». Serveur de nom de domaine. Serveur Internet qui transforme les noms de pages ou sites Internet en adresses IP compréhensibles par les routeurs, permettant ainsi leur acheminement sur le réseau.
« Differenciated Services Code Point». Le champ DSCP représente les 6 premiers bits du champ ToS. Les 3 premiers bits sont le champ CSCP (Class Selector Code Point) et correspondent au champ IP Precedence des RFC 791 ou 1349. Les 3 derniers sont la Drop Precedence. Au sein d’une classe, ces bits déterminent une priorité de drop.
« Data Subscriber Line ». Technologies ayant pour objet de transmettre des débits élevés sur la ligne de l'abonné, simultanément ou non à une communication téléphonique.
« Digital Subscriber Line Multiplexer » Situé sur le réseau de l'opérateur local, au niveau du NRA (nommé aussi répartiteur ou central téléphonique), il fait partie des équipements utilisés pour transformer une ligne téléphonique classique en ligne DSL. C'est l'équipement actif d'entrée du réseau opérateur.
« Délégation de Service Public ». Entité propre à une zone qui exploite un réseau de fibre optique posé par une organisation publique, et qui propose de la location de fibre ou de service télécom.
Technologie de transmission de données capable d'atteindre des débits de 10 Mbit/s,100 Mbit/s, 1 Gbit/s ou 10 Gbit/s, de manière sécurisée. Il utilise comme support le câble coaxial, la paire torsadée ou la fibre optique.
Réseau TCP/IP utilisant l’infrastructure de communication d’Internet pour créer un réseau local étendu à ses différents sites ainsi qu’à ceux de ses partenaires.
Fournisseur d'Accès à Internet, en anglais ISP : Internet Service Provider. C'est une entreprise de services qui propose à ses abonnés un accès au réseau Internet.
Protocole permettant une connexion haut débit entre un ordinateur et son système de stockage dans des configurations SAN.
Support de transmission constitué de fibres généralement en silice. La fibre optique permet d'utiliser des ondes lumineuses pour transmettre des informations à grande vitesse. Ses principaux avantages: une capacité quasi-illimitée et évolutive, une excellente qualité de transmission, une complète immunité aux perturbations électromagnétiques.
Completel utilise la fibre optique pour connecter ses clients à ses propres réseaux métropolitains en fibre optique. Pour leurs transmissions de données et leur accès à Internet, ses clients bénéficient grâce à elle de débits très élevés qui suppriment les temps d'attente et favorisent ainsi la circulation des informations.
Technique de commutation rapide. Le frame relay consiste à opérer un multiplexage au niveau de la couche 2 du modèle OSI et du protocole LAP-D, à la différence de X25 qui lui opère un multiplexage au niveau 3 du modèle OSI.
« File Transfert Protocol ». Protocole de transfert standard de fichiers sur Internet.
« FireWall ou Pare-Feu ». Dispositif informatique qui filtre les flux d'information entre un réseau interne à un organisme et un réseau externe en vue de neutraliser les tentatives de pénétration en provenance de l'extérieur et de maîtriser les accès vers l'extérieur.
Terme utilisé pour décrire une variété de technologies utilisées pour implémenter le standard ethernet à des taux de transfert de données de 1gigabit par seconde (ou 1000 mégabits/s)
« Generalized Packed Radio System ». Système de transmission de donnée par paquet proposé par les opérateurs mobiles. Les taux de transfert annoncés actuellement varient de 25 à 30 kbit/s.
« Groupe Spécial Mobile, renommé Global System for Mobile Communication ». Système de radiotéléphone numérique paneuropéen. Le taux de transfert data est de 9,6 kbit/s.
« Garantie de Taux de Disponibilité ». C’est la garantie de disponibilité de service à laquelle s’engage un opérareur.
« Garantie de Temps de Rétablissement ». C’est le délai maximum auquel s’engage un opérateur pour résoudre un incident.
Configuration informatique ou télécoms doublée pour garantir la permanence des services applicatifs.
Espaces dédiés (Baie, Cage…) proposant un niveau de sécurité (électrique, accès, incendie..) en adéquation avec la criticité des plates-formes informatiques avec des engagements forts de qualité de service.
« Hyper Text Transfert Protocol » Protocole utilisé sur le Web permettant, par un système de renvois, de passer directement d'un fichier à un autre.
Topologie MPLS n’autorisant les flux de que de sites secondaires (Spokes) à site principal (Hub).
« Internet Protocol ». Protocole d'interconnexion de sous-réseaux et/ou de machines ayant des caractéristiques physiques différentes, pour la transmission de la voix et des données par paquets sur Internet. Développé initialement par la Défense américaine, il est devenu une norme de fait.
IP Precedence: voir DSCP
accès ADSL sans débit garanti commercialisé par l’opérateur historique.
Réseau Privé Virtuel à usage exclusif et sécurisé d'une entreprise, s'appuyant sur une infrastructure opérateur, en général MPLS. Le client privatise une infrastructure.
Intranet Private Branch eXchange ou encore IP-PBX (Internet Protocol - Private Branch eXchange) est la version "IP" du PABX, le commutateur voix de l'entreprise.
C'est une suite de services et de protocoles permettant de sécuriser les communications IP, en particulier quand elles passent par Internet. IPSec gère : l'authentification des utilisateurs, le cryptage des données et l'intégrité des éléments transmis.
« Local Area Network ». Réseau local d’entreprise constitué de machines directement connectées entre elles et situées proches les unes des autres permettant le partage des matériels, par exemple d'une imprimante. Utilise essentiellement Ethernet comme moyen de transmission par fil ou par radio.
Service d’interconnexion de site en protocole Ethernet s’assimilant à une extension de LAN sur de la longue distance.
« Ligne Louée ». Ligne privée offrant une capacité de transmission entre deux installations distinctes, mise à disposition par un opérateur dans le cadre d'un contrat de location.
« L2TP Netwrok Server ». Equipement chargé de terminer les tunnels L2TP.
« Liaison Spécialisée ». Précédente appellation pour les liaisons louées.
« Layer 2 Tunneling Protocol ». Encapsulation de PPP dans IP pour créer des réseaux virtuels.
“Metropolitan Area Network” Réseau de communication métropolitain par exemple sur une agglomération et sa banlieue.
« MultiProtocol Label Switching ». Procédé permettant d'accélérer le routage de datagrammes (tels que les datagrammes IP) dans les réseaux d'interconnexion en marquant ceux-ci avec une étiquette identifiant le flux auquel ils appartiennent. Le routage est basé sur l'analyse de l'étiquette et non plus sur l'adresse de destination.
“Mobile Virtual Network Operator” C'est un opérateur de téléphonie mobile virtuel, qui ne possède pas d'infrastructures de réseau propres, et qui contracte des accords avec des opérateurs mobiles traditionnels pour leur acheter un forfait d'utilisation et le revendre ainsi sous sa propre marque à ses clients.
« Network Access Server ». Serveur d’accès distant, utilise pour les connexions nomades.
« Network Operation Center ». Ce terme désigne le centre de supervision national de Completel.
« Noeud de Raccordement à l'Abonné ». Salle de France Télécom où se font toutes les connexions entre le réseau de cuivre de l'opérateur historique et les infrastructures des opérateurs alternatifs.
« Private Automatic Branch Exchange ». Autocommutateur privé d'entreprise, communément appelé "standard téléphonique".
Système qui permet de connecter des réseaux de télécommunication ayant des architectures, des protocoles ou des services différents.
Les accords de peering sont les conventions que les opérateurs télécoms passent entre eux pour s'échanger du trafic Internet sur une base de pair à pair, c'est-à-dire d'égalité.
Indicateur associé aux entités communicantes et permettant de les identifier dans les communications utilisant les protocoles TCP et UDP de l'Internet.
« Point to Point Protocol ». Protocole permettant d'accéder à distance en « dial-up » aux réseaux de type TCP/IP à partir d'un modem et d'une ligne téléphonique.
« Plan de Reprise d'Activité. » A pour but la reprise des activités après un sinistre important touchant le système informatique. Il s'agit de redémarrer l'activité le plus rapidement possible avec le minimum de pertes de données. Ce plan est un des points essentiels de la politique de sécurité informatique d'une entreprise.
« Remote Access Dial In User Service ». Protocole d'échange avec un serveur d'accès. Serveur d'authentification faisant appel à ce protocole.
Dispositif qui permet la répartition des fils de cuivre composant les lignes de clients entre les câbles reliés au commutateur d'abonnés et le regroupement de plusieurs lignes sur un même câble.
« Réseau Numérique à Intégration de Service » (ou ISDN en anglais « Integrated Service Data Network »). Cette technologie permet de transporter la voix, mais aussi les données (fax, Internet,etc...). Un « Accès de base » est une connexion RNIS élémentaire composée de deux canaux B de 64 kbit/s et un canal D de 16 kbit/s, donnant un débit (2B +D) de 144 Kbit/s utilisant la paire téléphonique de cuivre. Le canal B, commuté en mode circuit, est utilisé pour l'acheminement d'informations voix ou données. Le canal D transporte, en mode paquets, de la signalisation ou des données. L’interface de ce type de raccordement est définie par la norme S0 de l’ITU-T.
Equipement gérant l'acheminement (ou routage) de flux IP.
« Réseau téléphonique commuté ». C'est le réseau téléphonique classique à 2 fils. Commuté signifie que la liaison s'établit temporairement lorsqu'on appelle son correspondant par opposition au câble qui lui est une liaison permanente.
“Stockage Area Network” Offre Completel d’interconnexion basée sur le réseau optique de Completel et la technologie WDM, afin de mettre en place des plans de reprise d’activité ou de continuité de service. Disposant de l’ensemble des protocoles spécifiques à l’environnement de stockage à distance, le service répond aussi bien aux architectures SAN que Mainframe.
« Sélection Directe à l'Arrivée » Les numéros SDA permettent à un appel téléphonique entrant d'aboutir sur la ligne directe d'un collaborateur sans passer par le standard du PABX.
cf DSL. Le débit SDSL est symétrique, c'est-à-dire plus identique dans le sens entrant et dans le sens sortant chez l'abonné.
« Synchronous Digital Hierarchy ». Système de multiplexage des canaux de télécommunication, en particulier les multiplex de base à 2,048 Mb/s portant les canaux téléphoniques. Les canaux de données sont aussi transportés par ce type de multiplex. Il offre l'avantage de pouvoir insérer ou extraire directement les flux numériques à des niveaux profonds du multiplex sans avoir à démultiplexer tous les flux.
« Simple Mail Transport Protocol ». Norme de communication utilisée pour transmettre des courriers sur Internet.
« Simple Network Management Protocol ». Protocole utilisé par les outils de gestion de réseau. SNMPv2 est la nouvelle version SNMP.
Application de téléphonie installée sur un ordinateur fixe ou portable et permettant de remplacer un téléphone physique.
Liaison à très haut débit qui permet un débit de 155 Mbit/s.
Liaison transportant 2 canaux B de communication (communications téléphoniques simultanées) et 1 canal D de signalisation (synchronisation des lignes, signalisation pour qu'elles fonctionnent). Son débit est de 144 kbit/s. (débit de 2 x 64 + 16).
Liaison transportant 30 canaux B (communications téléphoniques simultanées) et 1 canal D de signalisation (synchronisation des lignes, signalisation pour qu'elles fonctionnent). Son débit est de 2 Mbit/s.
« Transmission Control Protocol ». Protocole permettant la communication d’équipements sur Internet. Le protocole de contrôle de transmissions (TCP) permet à deux ordinateurs dissemblables d'établir une liaison entre eux et de contrôler la transmission des messages dans les deux sens, quel qu'en soit le contenu.
“Time Division Multiplexing”. Protocole d'allocation de bande passante permettant de partager une liaison en réservant des intervalles de temps donné à chaque communication.
Ou téléphonie sur IP. Les paquets IP sont émis directement depuis un poste fixe (téléphone IP et PC) ou un terminal sans fil (téléphone mobile). Ces appels transitent directement sur le réseau IP qui peut aussi fédérer l'ensemble des applications, aussi bien en voix qu'en données.
« Type of Service ». Champ de 8 bits dans l’en-tête des paquets IP utilisé pour coder les classes de service.
Transmission de très gros volumes de données en instantané. Chez Completel, à partir de 10 Mbit/s.
« User Datagram Protocol ». Un protocole non connecté qui, comme TCP, fonctionne sur un réseau IP. A la différence de TCP/IP, UDP/IP offre peu de services de correction d’erreurs, mais un moyen direct d’envoyer et recevoir des paquets IP. Il est principalement utilisé pour diffuser des messages sur une réseau (broadcast).
« Virtual Local Area Netword » ou réseau virtuel. Réseau informatique logique indépendant. De nombreux VLANs peuvent coexister sur un même commutateur Ethernet (switch).
« Voice over IP ».Technologie qui utilise IP comme réseau de transport téléphonique. Son application majeure est d’utiliser l’Internet, ou mieux, un Intranet pour faire des économies au niveau des communications nationales et surtout internationales. Le standard H.323 permet de construire un réseau téléphonique basé sur une plate-forme usuelle, et d’utiliser le réseau LAN ou WAN au lieu d’un système de câblage parallèle.
« Virtual Private Network ». Réseau privé virtuel. Réseau privé utilisant les ressources d'un autre réseau. Un VPN peut être établi entre plusieurs entités d'une même entreprise en utilisant l'infrastructure d'un opérateur.
Normes de transmission des modems symétriques, respectivement 14,4 kps, 28,8kps, 33,6kps et 56kps maximum dans un des 2 sens.
“Wide Area Network.” Ou réseau étendu. C'est un réseau informatique couvrant une grande zone géographique, typiquement à l'échelle d'un pays, d'un continent, voire de la planète entière. L'exemple de WAN le plus connu est le réseau Internet lui-même.
Norme de communication définie par un avis de l’ITU-T. Il spécifie les règles permettant d'établir une liaison entre un équipement informatique et un réseau de transmission de données par paquets.
« x Digital Subscriber Line » (ADSL, Turbo DSL, VDSL, SDSL, …), Technologie qui augmente la capacité des fils de cuivre du réseau téléphonique classique permettant l'accès à Internet. La connexion est permanente et ne bloque pas la ligne normale car elle utilise des fréquences plus élevées. Le débit est asymétrique dans la mesure où la liaison descendante (du réseau vers le client) a un débit supérieur à la liaison montante (du client vers le réseau).